La méthode des 5P : impossible sans TurboBusiness !…

PossibleLa méthode des 5P : impossible sans TurboBusiness !…

Voici les 5 raisons qui rendent impossible la réalisation des résultats envisageables dans un cabinet avec la Méthode des 5P.

Rappelons au préalable les objectifs majeurs de la Méthode des 5P

  1. Réduire la durée de la période fiscale d’un mois (au moins) : sans cette réduction, le cabinet sort rincé de la période fiscale à l’approche des vacances. Les grands chantiers, la stratégie, la vente du conseil sont repoussées aux calendes grecques…
  2. Capter une productivité nouvelle : il est possible de gagner près de 10% supplémentaires en quelques mois afin de lutter contre la baisse tendancielle des honoraires et celle de la rentabilité. Comment sinon envisager des chantiers pour faire muter son cabinet vers d’autres stratégies ?
  3. Déstresser toute votre organisation, vos personnels et vous-même : le confort d’une planification et d’un pilotage centralisés et méthodiques n’est pas un luxe. Il devient même essentiel pour parvenir à recruter des collaborateurs… et à les garder ! Votre santé est en jeu également.
  4. Satisfaire les clients par des délais réduits, une traçabilité de votre avancement et du temps disponible pour leur accompagnement : pour faire la différence, montrer un cabinet superbement organisé peut être une voie prolifique.
  5. Améliorer toutes les performances du cabinet : la levée des goulots d’étranglement, des embauches justifiées, la fluidité de la production autorisent la reprise de la croissance du chiffre d’affaires malgré la crise, et une rentabilité reboostée.

PrioritesRealiserPourquoi TurboBusiness est-il indispensable pour soutenir la Méthode des 5P ? Les 5 raisons…

  1. Sans définition et informatisation des processus productifs (entre autres), il est illusoire d’envisager des créer les bases d’une planification efficace, précise et partagée : la construction des obligations, des budgets de temps et du planning de charge est incontournable. Sans outil informatique adapté et dynamique, c’est mission impossible : des heures ou des jours de travail qui finissent à l’abandon… Si votre organisation tient dans Excel, bon courage ! Si vous n’avez rien, ce n’est plus du courage mais de la témérité…
  2. Le planning de charge permet alors d’envisager une période fiscale plus courte, avec des budgets de temps « challengés » et des rendez-vous clients positionnés plus tôt : mais tout cela doit être validé par un certain nombre de simulations itératives nécessaires à l’atteinte de l’équilibre. Sans outil, encore impossible.
  3. Une planification sans pilotage n’est rien : des dates jalons sont alors positionnées avec des alertes clients et internes afin de ne rien laisser déraper. Si vous voulez que vos rendez-vous clients soient honorés à l’heure, vous ne devez plus subir les aléas des uns et des autres ! Les clients, l’administration, les collaborateurs, les éditeurs de liasses,… C’est désormais vous qui fixez les règles du jeu au maximum et qui plus est avec des marges de sécurité. Fini l’improvisation.
  4. Un pilotage sans mesure permanente, détection des dysfonctionnements et capacité rapide de réaction présenterait beaucoup de risques d’échecs ! Lorsque vos collaborateurs connaissent les temps budgétés sur leurs tâches en permanence, lorsqu’ils savent quand ils travaillent en glissement de fonction, ils deviendront inconsciemment plus efficaces. Et des états à base de taux d’avancement vous diront tous les mois quelles missions prennent l’eau : il sera alors temps d’intervenir auprès des collaborateurs ou des clients pour serrer les boulons.
  5. Dès lors, votre cabinet devient en mesure d’analyser ses performances avec des indicateurs performants et novateurs : vitesse de production, débit maximal sur les goulots, indicateurs qualité, chiffre d’affaire hors charges complètement variables (le Throughput de la Théorie des Contraintes)… Et bien d’autres à venir.

CQFD…

Réunion3Au fait, où en est votre cabinet sur tous ces points ?

Pas d’outil, pas de méthode, trop de temps à passer en bricolant des outils manuels, Excel, sans liens entre eux ? Tous ces phénomènes expliquent pourquoi tant de cabinets souffrent le martyr en période fiscale : cela ne s’arrangera pas si vous ne faites rien.

Bien sûr, la sensibilisation et la motivation des cadres et collaborateurs du cabinet est déterminante.
Mais ils adhéreront vite à un dispositif enfin cohérent et cartésien, qui fait fi des grand discours jamais suivis d’effets et trop souvent entendus dans des réunions inutiles…

Si vous voulez que tous adhèrent, impressionnez-les par une organisation au top : ce sont vos premiers clients…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *